Il existe de très nombreuses écoles de Ju-jutsu à travers le monde. Si à l’origine, le ju-jutsu est un art martial japonais, il en existe aujourd’hui de très nombreux styles qui se sont échappés du Pays du Soleil Levant.

A l’origine, le ju-jutsu était enseigné aux samouraïs, une caste de chevaliers qui émergea au VIIIème siècle au Japon. Ces guerriers, fortement armés, devaient faire preuve d’une solide habilité au combat corps-à-corps, une fois désarçonnés. C’est pourquoi, chaque clan développa sa méthode et ses techniques de lutte à main nue, en s’inspirant de la boxe chinoise, entre autres. Le ju-jutsu ou plutôt; les ju-jutsus étaient nés.

A travers les âges, des centaines d’écoles, autant qu’il y avait des clans, ont vu le jour et bien peu ont survécu. L’abolition de la caste samourai au XIXème siècle, les lois limitant l’enseignement des arts de combat et l’usure du temps ont eu raison de bien d’entre-elles.

L’évolution d’une école y est aussi pour beaucoup. En effet, un élève élevé au niveau de la Maîtrise avait choix : rester au service du soke, le maître dirigeant l’école ou s’en aller fonder sa propre école, complétant ses connaissances auprès d’autres maîtres et aménageant son enseignement en fonction de ses propres choix.Très récemment, Me Jigoro Kano fonda ainsi le judo et Me Morei Ueshiba, l’aikido. Deux disciplines inspirées du ju-jutsu.

Notre ju-jutsu a suivi exactement la même voie. Historiquement, notre méthode est inspirée par une école nommée Hakkô-ryû, elle même inspirées par d’autres écoles: Daitōryū aikijūjutsu, Kito-ryū, Takenuchi-ryū et Tenshin-shinyo-ryū. Néanmoins, nos responsables techniques sont en contact avec d’autres maîtres pour continuer à parfaire notre méthode, parce que traditionnel ne veut pas dire figé et poussiéreux.

Notre « école » est dirigée par un groupe de six haut gradés chargés de constamment valider notre chemin dans les arts martiaux en confrontant nos connaissances et celles des autres écoles. Parfois regarder par la fenêtre aide à comprendre le cœur de la maison.

La Fédération de Ju-Jutsu Traditionnel aide au bon fonctionnement des clubs et vise à leur faciliter la tâche. C’est pourquoi, depuis le 1er juillet 2011, la FJJT s’est affiliée à l’Association de Ju-Jitsu Francophone et est entrée par là-même dans le giron de l’ADEPS. Le but étant de situer notre pratique dans le cadre reconnu du sport en Communauté Française, d’assurer une qualité d’enseignement optimale et de ne pas être une obscure école privée aux méthodes encore plus obscures.

Compétition ? Non… Pas chez nous. Notre but est d’enseigner une voie d’évolution personnelle par la pratique des « katas » (une série de mouvements travaillés jusqu’à la perfection avec un partenaire), de la self-défense et du travail au sol. Nous ne voulons pas, même si nous respectons énormément les pratiquants compétitifs, former de combattants mais plutôt des personnes travaillant sur elles-même pour leur évolution subtile.

L’essayer, c’est l’adopter… il n’y a pas d’âge limite. On est jamais trop vieux, trop rouillé pour commencer. Beaucoup le disent, le plus difficile, c’est de monter sur le tatami… et d’en descendre.

Partagez ;)